Lancement de notre cycle poétique

Quatre auteurs différents, de la prose et des vers, en français, et en anglais, nous avons le plaisir aujourd’hui de commencer le cycle poétique de «Création Originale».

Merci à RC et son univers douloureux, à L. et son regard sur la modernité, à Pierre Blasko et son évocation de Sur la route, et enfin à Maxim M Blondovski dont l’inspiration est tirée ici d’une réalité particulière. Les toilettes volantes désignent en effet des sacs plastiques utilisés pour y déféquer, puis jetés dans les rues, et qui abondent dans les bidonvilles. 

                                                                                                                    

Et les barres d’aciers s’enchevêtrent et empiètent
Une nuit salie par l’ombre jaune des lumières
Sur ce sable infrarouge hanté de réverbères
Où un cri musical rend mes pensées muettes

Partout l’écume nocturne s’agite dans la mer morte
L’appel seigneurial drapé d’un air boueux
S’évanouit dans le marasme sinueux
La tentation lunaire n’est rien pour la cohorte

J’exerce mon corps usé et mon âme d’orfèvre
En rejetant, Miller ! Toutes ces saouleries mièvres
Je suis celui qui trime au milieu des ivrognes

Pourtant ! Ma poigne d’acier, à la première douleur
Comme un flambeau usé en mon sein se renfrogne
Au fond moi je n’ai rien et tout comme eux j’ai peur

RC
                                                                                                                
.
Pause
 .
.
this 
is 
the 
decade 
of 
clicking
 .

Earth
 is 
covered
 in 
lights, 
hertzian 
waves, 
gigabits
 .
.
        a 
chocolate 
coated 
pebble
 .

.
crisscrossing 
clicks, 
kicks
 .
in 
the 
race 
to 
sustain 
the 
fast 
melting 
Me,
 .

        the 
runners 
are 
frantic
 .
.
boot
 camps,
 bonfires, 
lethal 
rapid‐fire 
chats
 .
the 
click 
of 
a 
rifle 
clip, 
the 
click 
of 
a 
video 
clip
 .
.
        what
 is 
going 
on?
 .

                – and 
I
 am 
trying 
very 
hard 
to 
remain 
a 
smiling 
Buddha.
 .
                                                                                                                                            Lucas Gaudissart
 .
Untitled, 1982, Acrylic on Canvas, diameter 47 1/4 inches, diameter – 120 cm
.. 
                                                                                                                   ..
                                                                                                                        ..                                                                                                                   

JACK & NEAL

Ils recherchent le sens de leur existence
Rêvent de voyage et sèment leur folie
A coups d’alcool et d’amphétamines
 .
A quoi bon rêver d’Italie
Si leur promesses sont volatiles
Si leur amour est si fragile ?
 .
La solitude s’empare du premier
Le second s’efface et vit en monstre
Trahison, désespoir, dépression,
Notre Breton d’Amérique se conformise
 .
Mais la route ne le laissera jamais seul..
 ..
Pierre Blasko
.
                                                                                                                   

.

Les toilettes volantes.

A Calcutta, la nuit tombée, les toilettes
prennent leur envol. Délicatement.
Pétales sans calice, petites voiles
éparpillées, les sacs plastiques se gonflent
doucement après l’heure du chien. Au
zénith, plus tôt, ils étaient devenus à l’abri
d’un monticule, des latrines de fortune,
alourdis par des hommes toujours
prompts à se délester de leurs soucis.
Asséchés par le soleil et le vent, véhicules
de fèces abandonnées, on les appelle
au crépuscule les toilettes volantes.
Lorsque le vent forcit, par millions elles
s’élancent, voltigent et tourbillonnent.
Chaque bourrasque est un baiser, chaque
rafale est un soupir. Aquilon du Bengale
orchestre ce ballet pastel, il y mêle le vert
pomme, le fuchsia, le bleu pâle et la
violette.
Mais la mousson n’est pas loin, les
embruns sont chargés. Enlevés par les
vents à la crête des sachets, les aérosols
nous rappellent que la brise peut aussi
être d’été. Les cloques de plastique, perles
putréfiées, incorporent leur haleine, en
embrassant le ciel. Les bidons-villes sont
ballonnés. Ce pollen, infâme, cauchemar
de ceux qui l’ont semé, dérive au gré des
flatulences. A chaque instant, le miasme
amer menace de frapper un homme en
plein visage.
Les alizés n’ont certes ni crainte, ni
orgueil, ils existent depuis toujours. Ils ne
choisissent pas ce que véhiculent leurs
ventosités. Mais ne sont-ils pas déprimés,
parfois, quand les oiseaux ont des odeurs
d’entrailles épicées ?
 .
Maxim M Blondovski
Publicités

Une réflexion sur “Lancement de notre cycle poétique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s