« Les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît »

Guy Bedos disait : « On compare souvent les hommes politiques à des acteurs. C’est très injuste pour les acteurs ». Depuis le mercredi 18 avril et jusqu’au 6 mai se tient au café L’Inconnu du 10e arrondissement de Paris l’exposition Parasites. En pleine campagne présidentielle, trois étudiantes de l’ESAG Penninghen ont ainsi voulu détourner le matraquage médiatique à leur manière. Les parasites ce sont tout d’abord eux : l’omniprésence des candidats, des polémiques, des fausses controverses a tendance à nous pousser au rejet, au dégout, plutôt qu’à l’adhésion. Dans une élection où tout est affaire d’ego, de mise en scène, et de petite phrase percutante, ces acteurs politiques nous épuisent. Parasites, ce sont aussi les milliers d’affiches qui ont été collées sur les murs de Paris ces derniers jours. Rendre cette invasion de notre quotidien encore plus oppressante tout en la tournant en dérision : parasiter les parasites en somme. Et pour cela quoi de mieux que de s’appuyer sur la culture populaire qu’est le cinéma français ? À prendre au premier ou au second degré, chacun se voit affublé de sa réplique culte. Ce projet est donc avant tout une invitation à traiter avec légèreté ce qui nous est imposé avec gravité au quotidien. Nous vous proposons de découvrir ici les affiches de cette comédie graphique/politique.

Marc-Antoine Sabaté

Publicités

Une réflexion sur “« Les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s